This post is available in: English (Anglais) Español (Espagnol) Português (Portugais - du Brésil) Français العربية (Arabe) Suomi (Finnois) Italiano (Italien) Deutsch (Allemand) 简体中文 (Chinois simplifié) polski (Polonais) Українська (Ukrainien) Ελληνικα (Grec moderne) اردو (Ourdu), there may also be a subsite in your language, see "Subsites" in the top menu.

Contenu

Objectif et contexte de CORE et CST

Le système CORE est né d’événements décrits dans l’Histoire à propos des « mesures de base » et a évolué au cours des 30 dernières années avec de nombreuses contributions, voir Remerciements.

CORE System Trust (CST) est une association informelle qui détient les droits d’auteur des instruments CORE mais cherche à promouvoir leur utilisation sans paiement de droits de reproduction (voir Droits d’auteur et licences pour plus de détails). Le CST est actuellement composé de trois personnes qui ont toutes été impliquées dans le développement des instruments et du système CORE depuis le début et qui apportent trois expériences et perspectives différentes et complémentaires. Notre objectif est de protéger les droits d’auteur et d’encourager et soutenir l’utilisation des instruments dans l’esprit que nous avions dès le départ. L’accent est mis sur les instruments et l’utilisation que vous en faites, mais nous incluons quelques informations biographiques ci-dessous.

Ce wordle de mots dans les titres d’articles liés aux instruments à la fin de l’année 2014 donne une bonne idée de l’ampleur de l’impact des instruments.

Protéger le droit d’auteur

La CST détient le droit d’auteur sur les instruments CORE et le protège. Ce n’est pas pour faire de l’argent mais :
(a) s’assurer que tout le monde peut être sûr d’utiliser les mêmes instruments, lorsque cela est approprié, afin que les résultats soient comparables dans tous les travaux effectués avec les instruments et
(b) maintenir un niveau élevé pour les traductions approuvées.

Les instruments sont protégés par des droits d’auteur (lorsque les choses sont un peu plus compliquées, avec l’inclusion de matériel protégé par des droits d’auteur d’autres personnes, donné à l’instrument, cela sera clairement indiqué). Dès leur lancement en 1998, ils étaient « copyleft » pour la reproduction sur papier, c’est-à-dire libres d’être reproduits sans modification, sans paiement de droits. Depuis 2015, ils bénéficient d’un copyleft pour toute reproduction sous la licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0), voir Droits d’auteur et licences. Cela signifie que nous ne facturons pas la reproduction, non seulement sur papier comme cela a toujours été le cas, mais aussi dans des logiciels, toujours à condition qu’ils ne soient pas modifiés de quelque manière que ce soit, y compris la traduction sans autorisation explicite.

L’esprit du CORE

L' »esprit du CORE » comportait de nombreux aspects, mais les principaux étaient un principe « ascendant » : les décisions relatives à l’utilisation devaient être prises par les praticiens qui décidaient de ce qui était approprié à leur travail ; et un principe de collaboration entre les praticiens, les chercheurs/praticiens et les chercheurs pour explorer et développer les moyens les plus utiles d’utiliser les outils. Nous avons toujours tenu à ce qu’ils soient utilisés dans les PRN (Practitioner Research Networks) et dans la philosophie des PBE (Practice Based Evidence) autant que dans celle des EBP (Evidence Based Practice). Nous continuons à publier, presque entièrement en collaboration avec les utilisateurs des instruments, pour promouvoir de tels travaux (y compris des travaux dans cet esprit qui peuvent ne pas utiliser les instruments CORE, nous ne les avons jamais considérés comme les seuls outils viables) et nous espérons utiliser ce site web pour promouvoir également de tels travaux.

Les fiduciaires

Michael Barkham

Je suis psychologue clinique de formation et j’ai passé plus de 30 ans à faire de la recherche en psychothérapie, en occupant des postes de professeur aux universités de Leeds et de Sheffield. Dans le cadre des recherches menées au sein des Sheffield Psychotherapy Projects dans les années 1980, j’ai développé un intérêt pour le développement de mesures et l’utilisation de mesures de résultats dans la pratique courante.

Avec Chris et Frank, j’ai fait partie de l’équipe qui a développé le CORE-OM et les dérivés associés. L’application des mesures CORE dans la pratique courante a contribué à étayer le développement de preuves fondées sur la pratique dans le cadre des thérapies psychologiques.

J’ai eu la chance de travailler sur une série de résultats de qualité qui ont utilisé les ensembles de données CORE et ont contribué à fournir une base de preuves complémentaire pour les thérapies psychologiques à celle produite par les seuls essais contrôlés randomisés.

Je suis actuellement directeur du Centre de recherche sur les services psychologiques de l’Université de Sheffield et je m’intéresse à la combinaison des forces des preuves fondées sur la pratique et de la méthodologie des essais.

Je suis actuellement directeur du Centre de recherche sur les services psychologiques de l’Université de Sheffield et je m’intéresse à la combinaison des forces des preuves fondées sur la pratique et de la méthodologie des essais.

Chris Evans

Comme Michael et Frank, j’ai été impliqué dans le système CORE depuis la toute première réunion de la MHF en 1994. Je suis un « psychothérapeute médical », c’est-à-dire un psychiatre qui s’est spécialisé dans la psychothérapie. J’ai commencé en psychiatrie en 1984 et j’ai tout de suite su que je voulais faire carrière dans la psychothérapie, à la fois comme praticien et comme chercheur. En plus de la formation du Royal College, spécialisée dans la psychothérapie analytique, j’ai également suivi une formation en analyse de groupe et en thérapie familiale/systémique.

J’ai travaillé cliniquement dans des contextes allant d’hôpitaux hautement sécurisés à des services de psychothérapie communautaires du NHS et d’associations caritatives et j’ai un intérêt particulier pour la personnalité et les « troubles de la personnalité ». J’ai cessé de travailler cliniquement en 2016. J’ai intégré dans mes recherches la fascination que j’ai éprouvée à l’école pour les mathématiques et je me suis particulièrement intéressé aux mathématiques et aux statistiques qui nous permettent de mesurer les expériences subjectives. Cet intérêt, associé à une passion pour les normes ouvertes, la distribution copyleft et, plus tard, les logiciels libres, m’a conduit au projet CORE.

Au sein de la CST, je suis responsable des traductions, des questions psychométriques et statistiques, de la maintenance du site web et du traitement des demandes de renseignements.

Frank Margison

Je suis psychiatre et je travaille en psychiatrie générale et en psychothérapie. J’ai participé à la mise en place de la Society for Psychotherapy Research UK dès sa création au début des années 1980, et j’ai été vice-président du Royaume-Uni pendant trois ans. J’ai travaillé sur plusieurs axes de recherche, notamment sur les problèmes psychiatriques des parents, ainsi que sur le développement et l’enseignement du modèle psychodynamique-interpersonnel de la psychothérapie. [PIT] Il est également clinicien au Manchester Mental Health and Social Care Trust au Gaskell Psychotherapy Centre et, depuis cinq ans, il travaille comme psychiatre invité dans le domaine du conseil aux étudiants à l’université de Manchester et à la Manchester Metropolitan University.

Depuis que j’ai été l’un des titulaires de la subvention de la MHF qui a développé CORE-A, j’ai été activement impliqué dans l’établissement de CORE au sein de la gouvernance clinique – dans le NHS et les secteurs universitaires de conseil. Il est important d’avoir des mesures de routine faciles à administrer. Je m’engage depuis de nombreuses années à intégrer ces mesures dans un système capable de soutenir la pratique et l’un de mes chevaux de bataille en tant qu’administrateur du CORE a été de développer l’expérience de la gouvernance clinique en matière d’utilisation des mesures de routine.

Depuis que j’ai été l’un des titulaires de la subvention de la MHF qui a développé CORE-A, j’ai été activement impliqué dans l’établissement de CORE au sein de la gouvernance clinique – dans le NHS et les secteurs universitaires de conseil. Il est important d’avoir des mesures de routine faciles à administrer. Je m’engage depuis de nombreuses années à intégrer ces mesures dans un système capable de soutenir la pratique et l’un de mes chevaux de bataille en tant qu’administrateur du CORE a été de développer l’expérience de la gouvernance clinique en matière d’utilisation des mesures de routine.

CORE Systèmes de gestion de l’information (CIMS)

Les gens viennent parfois ici alors que ce qu’ils veulent est la société CORE Information Management Systems (CIMS), et vice versa. Le CIMS a produit le CORE-PC et maintenant le système logiciel complet CORE-Net qui, à l’origine, ne fournissait que les instruments CORE, mais qui fournit maintenant de nombreux autres instruments (ainsi que le support vital pour les utilisateurs de leurs systèmes). Jusqu’en 2015, la CST n’a accordé qu’une licence à CIMS pour mettre les instruments CORE dans un logiciel, afin que CIMS puisse récupérer les coûts considérables de mise en place impliqués dans la création de tels systèmes et leur soutien. Depuis 2015, ils continuent à inclure les instruments CORE mais sont totalement indépendants de la CST et vice versa.

Peut-être le suivant : l’histoire ; remerciements .


Page créée le 1/1/2015, dernière mise à jour le 5/3/21 ; auteur CE/CST ; image d’en-tête Aime la Plagne, France, CE ; licence du texte et de l’image : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0) .

Cible du vérificateur de contenu (pas pour les humains !): p8W6&QTTHWk@UHY

Share this:
Retour haut de page